L’abbé Michon

L'abbé Michon

L’abbé Michon était un homme à la vitalité étonnante et à l’intelligence rare. Il fut simultanément historien, botaniste, théologien, géologue, architecte, dessinateur,romancier sans oublier ses prêches des carêmes à Notre-Dame. Comment en vint-il à la graphologie?

Nul ne le sait mais on peut conjecturer que curieux de tout il s’intéressa aussi à l’écriture. Il fut le premier à deviner que cette étude de l’écriture pouvait devenir une science capable de comprendre la personnalité de tout individu. C’est pourquoi ce fut lui qui fonda la graphologie (du grec graphein qui signifie écrire et logos qui signifie science). La science de l’étude de l’écriture était née et l’abbé Michon fut son père fondateur. Ses ouvrages tentent de donner des explications à tous les types d’écritures mais sans architecture il faut bien dire que ces études ne mènent pas très loin. Ce qui est valable pour notre cher abbé le sera plus tard pour ceux qui le suivirent dans ces tentatives d’explication de l’étude des écritures. Par flair, prescience, sensibilité, tâtonnement on arrive toujours à approcher de la vérité et à donner l’illusion de se trouver dans la science de l’écriture. Notre cerveau est ainsi fait que sur 50 interprétations d’une écriture il y a statistiquement 15 à20% d’interprétations justes et ce sont ces 15 à 20% que notre cerveau retient. Ceci est valable pour tous les actes recensés par notre cerveau. Ainsi si on a mal à deux endroits différents en même temps on ne ressentira que la douleur la plus forte, jamais les deux douleurs à la fois et cette histoire du fou qui se donne des coups de marteau sur le pied pour ne pas ressentir ces maux de tête est loin d’être aussi folle que ça. Néanmoins ses ouvrages regroupés sous le titre “Système de Graphologie, l’art de connaître les hommes d’après leur écriture” eurent le mérite d’exister et de poser la vraie question de l’étude des écritures.Si l’abbé Michon n’avait pas existé la Graphologie aurait-elle existé?La question mérite d’être posée.En tous cas il ouvrit les portes à un horloger rouennais qui allait édifier le premier pilier de la Graphologie scientifique, le pilier anatomique et cet homme ce fut Jules Crépieux-Jamin.