George Sand

George Sand

Ecriture dynamogéniée, rapide, assez grande,hyper liée, dilatée, semi anguleuse, très nourrie, lancée. George Sand était une femme au caractère bien trempé qui aimait la vie et tout ce qu’elle pouvait lui apporter, les honneurs, la gloire, les amours, la joie.Elle aimait l’affrontement mais pour batailler un instant.Elle aimait le changement, l’activité mais une activité qui changeait tout le temps. Elle agissait plus pour agir que poussée par un quelconque besoin. Elle désirait se manifester en tout et pour tout, sans exclusive.C’était une puissante émotive, primaire, active c’est à dire une colérique et comme tous les colériques elle ne se sentait bien que dans l’action, dans le mouvement, dans le perpétuel affrontement.Son dynamisme géant se manifeste dans son écriture par des lancements vigoureux, par une rapidité très grande, par un mouvement tout entier tourné vers l’action et qui va brutalement de la gauche vers la droite.Incapable de fidélité en amour comme en amitié elle multiplia les conquêtes et alla de provocation en provocation, une manière pour elle de se distinguer et de s’affirmer.Très intelligente le nourrissement très fort de son script traduit son besoin des autres, sa sexualité débridée, son accomplissement dans un monde d’hommes dont elle voulait partager tous les avantages et toutes les égalités. Mais malgré ces provocations elle demeurait très féminine.Il y a dans cette écriture de la tendresse, une certaine vulnérabilité, parfois même un fort sentiment de solitude qu’elle avait du mal à faire partager.Sa force de travail était considérable mais en dents de scie, sans assise durable, sans soubassement affectif, sans vraiment énormément de plaisir.Elle était extrêmement généreuse mais cette générosité était dispensée à tous vents et sans véritable réflexion. C’était une générosité dans l’instant qui disparaissait quand cet instant n’était plus. Cela lui conférait une image de papillonneuse sans centres d’intérêt alors qu’un examen subtil des petits signes montre qu’elle était très attentive aux malheurs des autres, aux chagrins, aux misères qui la touchaient très fort même si cela ne la marquait que dans l’instant.Elle était très sociable et se mouvait avec aisance dans la société.Elle était populaire et on l’aimait autant pour elle que pour ses indiscutables qualités de coeur. Elle était bien moins primesautière qu’on a voulu le dire, bien moins superficielle et il lui arrivait de se battre pour de nobles causes même si jamais elle ne pouvait le faire dans la durée car elle était extrêmement primaire.Elle possédait un grand esprit d’initiative.Si elle avait été un homme elle aurait assurément joué un rôle important en politique et aurait obtenu des résultats. Toujours optimiste elle ne se décourageait jamais et fonçait toujours.Le dynamisme de son script est étonnant et montre la vivacité de son esprit et sa volonté d’indépendance.Mais sa féminité n’était jamais exempte de son action.Elle s’en servait pour arrondir les angles et pour parvenir à ses fins mais c’était une femme d’honneur, de principes, de communication dont le seul frein était sa primarité très forte qui stoppait son action et la limitait dans le temps.Très extravertie elle était sans cesse tournée vers l’extérieur, vers le monde en mouvement et bien entendu cela se faisait au détriment d’une vie intérieure assez pauvre et peu efficace dans sa vie quotidienne. Elle agissait toujours sans se poser trop de questions et si elle fit souffrir elle souffrit elle-même mais en se ressaisissant très vite.Sa ligne de base est nette, sans à coups, sans freins, sans retenue avec un MOI remarquablement équilibré. Son espace du bas traduit son désir d’aller vers les autres mais ses jambages très nourris traduisent une forte volonté de séduction,d’affirmation,de positionnement dans une société très machiste qu’elle ne cherchait pas vraiment à faire évoluer.Son espace du haut est quasiment inexistant.Son mouvement général vers la droite du papier avec une rapidité, une dextérité étonnantes,montre une femme qui est toujours allée à la rencontre des autres et qui a été trop souvent incomprise.La pensée est sa fonction principale avec le sentiment en fonction inférieure dans un inconscient remarquablement calme et apaisé.